Adultes


Il s’agit de permettre aux participants, régulièrement, avec les mêmes personnes, de s’arrêter, se poser, prendre du recul.
D’apprendre à être dans le moment présent, dans l’accueil de soi-même, sans jugement.
Permettre à chacun d’entendre ce qui se passe en soi, de laisser surgir son désir.
De prendre conscience de ses fonctionnements, de repérer ceux qui conviennent à la personne et ceux qui la gênent.
Entrer dans un travail thérapeutique en profondeur, accompagné à la fois par les outils « Vittoz » et le psychodrame.


« Je sais que dans ce groupe, je vais me poser, et que je pourrai faire des choix pour mon bien et pour celui de mon entourage. »
«Le corps est invité à s’exprimer et je découvre à chaque fois la justesse de sa réponse. Peu à peu, surgit une ouverture, un chemin. C’est le choix de la vie : de façon unique et particulière à chacun »

Ados
12- 15 ans


Groupe thérapeutique utilisant le psychodrame, les outils Vittoz et la créativité, en fonction des situations.

Enfants
8- 12 ans

Vendredi 17h 30- 18h 30
(6 enfants maximum)

Par la redécouverte des sensations, il s’agit de permettre à l’enfant de freiner le flot de ses pensées, son éparpillement, et de découvrir un état de présence à lui-même et aux autres.
Par les jeux autour de la concentration ; il s’agit de permettre d’accroître les facultés d’attention, de mémorisation, de choix.
Par l’accueil des émotions, il s’agit de permettre à l’enfant de reconnaître, apprivoiser, exprimer ses émotions. Et ensuite, de lui proposer un travail sur les situations qui le mettent en difficulté.
Comment ? par des jeux de type sensoriel, de la relaxation, du jeu inspiré du psychodrame.

Octave Lassalle raconte, en phrases brèves (…). Il parle sans élever la voix et c’est toute une histoire qui défile dans la pièce. Chacun des quatre écoute. Ils imaginent. Les mots les entraînent, résonnent dans leur propre histoire. La pluie a cessé mais personne ne l’a remarqué. Ils sont dans un autre temps. La grande maison les entoure et les retient dans les mots du vieil homme. Pourtant c’est dans sa propre vie que chacun chemine. L’histoire d’un seul ouvre l’histoire des autres. Jeanne Benameur, Profanes